Panier Vide

ACTUALITÉ PROFESSIONNELLE

Les pharmaciens d'officines ont enfin reçu des instructions de distribution de masques incluant les biologistes médicaux en tant que tels. Répondant à une demande du SDB, le ministère de la Santé précise que les biologistes médicaux de la Guadeloupe et des autres iles d'outre-mer seront également destinataires lors du prochain envoi. 

Le Journal officiel a publié hier 25 mars la décision du 4 mars de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie sur la modification de l'acte de dépistage de l'Infection à Papillomavirus humains (HPV) oncogènes. Cette publication est le fruit d'un long travail de négociation. La décision entrera en vigueur le 1er avril. Un vrai progrès pour la santé des femmes. 

Dans certaines régions particulièrement touchées, les services d’urgence sont débordés et les capacités diagnostiques des laboratoires de biologie médicale hospitaliers sont de fait saturées.

Face à l’existence d’un besoin non couvert dans le champ du diagnostic biologique du coronavirus COVID-19 (Sars-CoV-2), les pouvoirs publics ont émis depuis début mars différents avis, recommandations et arrêtés afin de préciser les techniques et conditions de mise en œuvre du diagnostic in vitro du Sars-CoV-2.

Dans ce contexte, de nombreux laboratoires de biologie médicale de ville proposent de s’équiper des automates nécessaires pour venir en renfort de leurs collègues hospitaliers. Or, l’exercice étant soumis à autorisation de l’Agence régionale de santé (ARS), nous constatons que dans plusieurs régions, cette autorisation est refusée malgré, parfois, les demandes des hôpitaux du territoire.

Les caisses de retraite des pharmaciens (CAVP) et des médecins (CARMF) ont toutes les deux annoncées des mesures d'urgence pour venir en aide aux affiliés. 

Vous vous interrogez et nous interrogez sur la question du prélèvement. On sait maintenant que des laboratoires spécialisés proposent le diagnostic, mais quand aurons-nous du matériel adapté (EPI) garantissant la protection des préleveurs ? Quel équipement est préconisé ? Qui fait le prélèvement ? Où ?

Nous sommes nombreux à être confrontés à ce problème de prélèvement en vue de la recherche du COVID-19, et les attitudes et directives données par les ARS varient d'une région à l'autre selon le degré de contamination.

Voici nos réponses dans l’état actuel des directives et de notre connaissance des différentes remontées des régions.

Toutes les dispositions sanitaires adaptées n’ont pas encore été prises par les autorités pour permettre à des laboratoires médicaux de ville de procéder à des détections de Covid-19 dans des conditions de sécurité acceptables pour les patients non atteints et le personnel.

En attendant, le meilleur appui que les biologistes médicaux de ville puissent apporter à notre système de santé est de préserver les meilleures conditions de prise en charge des 500 000 patients journaliers qui viennent dans leurs laboratoires privés. Explications.

Décidé en 2018, l’intégration du RSI (régime sociale des indépendants) au régime général sera effective début 2020. Nous vous relayons ici les informations pratiques que la nouvelle « Sécurité sociale des indépendants » communique auprès des professionnels libéraux.

Les 4 syndicats représentatifs des biologistes - SDB, SNMB, SLBC, SJBM - ainsi que la FNSIP-BM et l’APBM sont aujourd’hui contraints de faire ce constat : en l’absence de tout signe du gouvernement, la négociation avec l’Assurance maladie ne peut pas reprendre, faute de nouvelles propositions à mettre sur la table. Or en l’absence d’accord, la profession ne dispose plus d’outil de régulation conventionnel et devra terminer son activité le 25 décembre pour ne pas dépasser l’enveloppe des dépenses qui lui a été allouée pour 2019. Est-ce là l’objectif du Gouvernement ?

Malgré un mouvement d’ampleur suivi par la quasi-totalité de la profession, très bien relayé par les médias et parfaitement compris par les Français qui tiennent à la préservation de l’offre médicale de proximité, le gouvernement et l’Assurance maladie ne semblent pas décidés à faire évoluer leur position.

À partir des données communiquées par le Cofrac lors de la réunion du 7 juin 2019 en présence de tous les syndicats, son Directeur Général a affirmé qu’il n’aura pas les moyens de délivrer une accréditation à 100% des LBM privés et publics avant un délai qui est estimé entre 26 et 42 mois.

Depuis lundi 23 septembre la mobilisation des biologistes médicaux est un succès avec plus de 90% des laboratoires fermés l'après-midi dans les territoires. De plus, la presse et la télévision suivent le mouvement au-delà des espérances. Quant à la pétition en ligne est un vrai succès.

Continuons jusqu'au bout, la mobilisation devant être totale pour instaurer un rapport de force favorable avec l'Assurance maladie. 

Lire le point complet ci-dessous avec la lettre adressée à tous les biologistes médicaux par le mouvement unitaire.