Panier Vide

ACTUALITÉ SYNDICALE (139)

Au ministère et dans les régions, les tutelles s'inquiètent de plus en plus d'avoir à gérer un rebond de l'épidémie et craignent l'effet vacances, à la fois sur la demande et l'offre de soins de ville. Résultat, les laboratoires reçoivent des demandes en urgence de fournir dans le tableau de la Drees leurs statistiques de stocks de réactifs.

Le Ségur de la Santé poursuit ses travaux. Jeudi prochain, se déroulera la quatrième session des ateliers. En parallèle, l'ensemble des acteurs concernés, et en particulier les professionnels de santé, fournissent leurs propositions. Le SDB a envoyé les siennes aux différents pilotes des ateliers. Avec un leitmotiv : faire des propositions qui participent à l'amélioration du système de santé.

François Blanchecotte, président du SDB et du CNPS (Centre national des professions libérales de Santé), a finalement intégré le groupe 4 de travail du Ségur de la santé. Il y représente les professionnels de santé libéraux et, par là même, tous les biologistes médicaux. Alors que le Premier Ministre avait annoncé la volonté de convier à la réflexion du Ségur l’ensemble des acteurs du système de santé, le CNPS n’avait pas été invité, le Gouvernement préférant une institution dont le rôle est moins inter-syndical, à savoir l’UNPS (Union nationale des professionnels de santé). Il a donc fallu que le Dr François Blanchecotte se batte pour intégrer le tour de table. C’est chose faite.

Jusqu’à nouvel ordre, l’heure est toujours à la réduction drastique du nombre de branches professionnelles. L'effet Covid-19 ne devrait pas toucher ce chantier débuté depuis longtemps maintenant. L’UNAPL a opté pour une solution innovante : bâtir une branche unique des professions libérale à laquelle seraient, entre autres, rattachés les biologistes libéraux et leurs laboratoires. Une option que le SDB, membre de l’UNAPL, soutient, estimant qu’il s’agit là de la moins mauvaise des solutions.

Beaucoup de biologistes médicaux privés veulent s'engager dans la bataille contre l'épidémie et ne comprennent pas d’être aussi peu sollicités par les autorités sanitaires. Il est encore temps de le faire, en particulier pour la phase à venir de sortie de confinement. Le Syndicat des biologistes (SDB), soutenu par les laboratoires des groupes LBI, Inovie, Biogroup LCD et Laborizon, adresse, par cette lettre ouverte au Premier ministre et au ministre de la Santé, une proposition forte de participation à la guerre contre le COVID-19. 

Tout le monde l'a dorénavant bien compris : l'État ne pourra pas gérer seul le problème de pénurie des masques et des protections. Depuis de nombreux jours, sur tout le territoire, les professionnels de santé de ville sont appelés… à se débrouiller. 

Face à l'urgence de la situation, nous pouvons nous contenter de critiquer les autorités. Nous pouvons aussi décider de nous organiser afin de maintenir nos capacités de prise en charge des patients. C'est tout l'objet de l'initiative prise par le SDB et la Fédération nationale des infirmiers (FNI) avec le Rotary.

Conformément à ce que le Cabinet du ministre a assuré à François Blanchecotte hier soir, les biologistes médicaux ont été intégrés à la distribution de masques chirurgicaux ou FFP2 (sans précision concernant la distribution de l’un ou de l’autre), comme en atteste le dernier DGS-urgent (lire ci-dessous).

Toutefois les biologistes médicaux restent très inquiets, car cette distribution n’est aujourd’hui prévue que dans les zones d’exposition à risque, c’est-à-dire 25 départements seulement, et uniquement pour eux, pas pour leurs équipes (point 1 du message DGS-urgent).

Compte tenu des mesures de confinement prises par le Gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19, les locaux du Syndicat des biologistes ainsi que son secrétariat sont fermés, et ce jusqu'à nouvel ordre. En cas d’urgence, envoyez un mail à l’adresse suivante : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Le SDB signe aujourd’hui sans hésitation l’accord triennal avec l’Assurance maladie sur les dépenses de biologie médicale pour les trois prochaines années (2020-2022). Le SDB a le sentiment que ce texte est aujourd’hui le meilleur texte qu’il était possible d’obtenir après des négociations dures et une mobilisation de la profession à l’automne 2019 qui ont permis de sortir d’une situation de départ totalement inacceptable.

Toutefois, le SDB estime que l’accord trouvé avec l’Assurance maladie oblige les biologistes médicaux et leurs laboratoires de biologie médicale à prendre à leur charge une part encore trop importante de l’augmentation inéluctable des besoins de la population en examens de biologie médicale.

Enfin, compte tenu de la crise du coronavirus Covid-19, le SDB a demandé et obtenu de Nicolas Revel, Directeur général de la Cnam, le principe d’un éventuel report de ces mesures d’économies et de baisses de tarifs en cas d’effondrement de l’activité des laboratoires de biologie médicale.

Le SDB demande au ministère de la Santé d’inclure les biologistes médicaux dans les bénéficiaires des masques chirurgicaux.

La négociation continue sur la mise en œuvre de l’accord, mise en œuvre qui n’est pas sans enjeux. Voici un point sur l’état d’avancement des discussions :

Pour votre intérêt, pour celui de la profession, vous devez comprendre les enjeux de la négociation qui se joue aujourd’hui. Prenez le temps de lire et de comprendre le mécanisme de régulation qui est proposé pour les trois prochaines années et pourquoi le SDB défend avec conviction ses positions. Nos propositions viennent d’ailleurs de recevoir le soutien des principaux groupes de biologistes médicaux ainsi que celui des membres de l’ABPM.

Le SDB se bat depuis plusieurs mois pour protéger les retraites de biologistes médicaux (pharmaciens ou médecins). C’est grâce à notre engagement au sein de la représentation patronale des professions libérales (l’UNAPL) que nous pouvons peser de tout notre poids pour protéger le régime de retraite de l’ensemble de la profession, pharmaciens comme médecins. Il s’agit pour nous de tout faire pour permettre à nos jeunes confrères d’entrer de façon sereine dans la profession.

Le Président, les membres du bureau et toute l'équipe du SDB vous souhaitent d'excellentes fêtes de fin d'année et vous donnent rendez-vous en 2020.

Lors de la rencontre du 18 décembre avec le SDB et les trois autres syndicats représentatifs de la profession, Nicolas Revel, Directeur de la Cnam, a mis sur la table de nouvelles propositions qui devraient permettre de sortir de l’impasse.