Panier Vide

07 janvier 2021

COVID-19 : cartographie du nombre de dépistages réalisés et de cas positifs constatés du 21 décembre 2020 au 3 janvier 2021 (semaine 53)

Évaluer cet article
(0 Votes)

COVID-19 : les chiffres de la contamination en France du 21 décembre 2020 au 3 janvier 2021

Ces statistiques sont basées sur les données colligées par SI-DEP disponibles sur data.gouv.fr en open data. Ces données incluent les dépistages PCR et les dépistages antigéniques.

Des extrapolations concernant la part de tests antigéniques et de tests PCR se basent sur les données en Open Data disponibles sur data.gouv.fr.

Évolution en une semaine 

Évolution de la semaine 53 (28 décembre 2020 au 3 janvier 2021) par rapport à la semaine 52 (21 au 27 décembre 2020).

Stats s53 total

Il faut d'abord noter que les chiffres sur les deux semaines considérées sont des chiffres avec un jeudi férié pour les deux semaines et des fêtes, ce qui limite normalement les capacités de dépistage. La semaine de noël (52) a été marquée par une hausse du nombre de dépistages par rapport à la semaine 51 qui avait déjà été une semaine de dépistage importante, mais la semaine 52 avait montré une stabilité du nombre de positifs (+0,5% à nombre de jours comparables). En semaine 53, les positifs repartent malheureusement à la hausse (+16,93%) bien que le nombre de dépistages soit, lui, très en baisse (-38,62%). On peut penser qu'il s'agit du bilan des contaminations autour de noël alors que les Français on essayé de faire attention et que plusieurs régions ont proposé des plan de dépistage en masse. Cela s'accompagne bien évidemment d'une hausse du taux de positivité sur la semaine 53 qui est relativement artificielle et démontre que les dépistages retournent sur une base plus symptomatique.

La situation dans les DROM est très différente, avec des nombre de positivifs qui augmente de prèsde 40% et un nombre de dépistage qui augemente aussi, certainement lié à l'activité touristique des fêtes de fin d'année.

Ces données intégrent maintenant les dépistages PCR et les tests antigéniques. Un jeu de données élaboré sur un panel de 14.000 pharmacies et extrapolé à la France entière, publié par IQVIA, permet de faire des estimations de la part des dépistages PCR et antigéniques. Le tableau ci-dessous donne ces estimations.

Stats s53 par type

Les dépistages PCR, plus fiables, sont restés majoritaires pendant ces fêtes de fin d'année, mais les tests antigéniques ont largement été utilisés, surtout la semaine de noël et surtout en Pharmacie. La semaine 53, les tests antigéniques ont baissés, comme les dépistages PCR.

A savoir à propos de la répartition géographique des données

A noter que dans les données collectées par le SI-DEP, il existe environ 1% des données dont le département n'est pas renseigné (code postal renseigné invalide), soit environ l'équivalent d'un département Français. Pour cette raison, dans nos analyses, il a été décidé de considérer ces patients comme situés en France métropolitaine et de situer ces données dans l'océan atlantique afin de pouvoir les suivre visuellement tout en comprenant ce qu'elles représentent.

Concernant les couleurs pour les "Heat Map" (représentation en cible), la couleur n'est pas attribuée qu'en fonction du nombre représenté, mais prend aussi en considération la taille de la zone géographique et donc la densité. Ainsi, pour l'Ile-de-France, il apparaitra légèrement plus important car l'IA estime que ce niveau de cas sur une zone restreinte est plus important qu'un nombre de cas un peu plus important sur une zone moins dense.

Évolution par département (PCR + Antigéniques)

 

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la formule :
Nombre de positifs du département en une semaine / Population du département / 100.000 (habitants).

Incidence pos dept s53

Les Alpes-Maritimes deviennent le département le plus touché de France en incidence avec 340 personnes positives pour 100.000 habitants (+14%) contre une incdence de 297 la semaine précédente. Les Jura est le deuxième département le plus touché avec une incidence de 333 positifs pour 100.000 habitants contre 256 la semaine précédente soit une hausse de +30%. Le troisième département le plus touché est le Doubs avec une incidence de 302 positifs pour 100.000 habitants contre 370 la semaine précédente (+12%). A noter que la campagne de dépistage massive qui a eu lieu en Auvergne-Rhône-Alpes et qui a été un succès la semaine avant noël continue a porté ses fruits dans le bassin Lyonnais ce qui n'est pas le cas du Grand-Est ou cette démarche n'a pas été faite.

Il y a des changement importants en hausse comme +101% dans l'Ariège, +100% en Corse du Sud avec l'arrivée des touristes pour le réveillon (voir section suivante). On peut noter la baisse de -10% dans le Lot et Garonne, l'une des seules. Malgrés tous les précuations prises par les Français pour Noël, cette fête a permis au virus de progressser, même si on peut estimer que la hausse est relativement contenue.

Les départements les moins touchés en incidence sont le Finistère qui reste le seul déparement en dessous du seuil d'alerte avec une incidence de 42 positifs pour 100.000 habitants contre 34 la semaine précédente, les Côtes d'Armor avec une incidence très stable de 50 contre 28 la semaine précédente et la Vienne avec 60 positifs pour 100.000 habitants contre 62 la semaine précédente.

Carte du nombre de dépistage réalisés en une semaine

L'incidence des dépistages est calculée par la formule :
Nombre d'examens / Population du département / 100.000 habitants

Incidence test dept s53 2

Après une forte hausse du dépistage la semaine de noël, les Français se sont fait nettement moins dépistés en préparation du nouvel an. 

Le département qui réalise le plus grand nombre de dépistages pour 100.000 habitants cette semaine est la Corse du Sud qui a rendue obligatoire le dépistage à l'arrivée sur l'ïle de Beauté avec une incidence de dépistage de 5.408 pour 100.000 habitants contre 5.764 la semaine de Noël. Le deuxième département est la haute Corse pour la même raison avec une incidence de 4.905 dépistages pour 100.000 habitants contre 5.846 la semaine précédente. Le troisième département en incidence de dépistage est Paris avec 4.752 dépistages pour 100.000 habitants cette semaine contre une incidence record de 8.976 la semaine précédente (8% de la population parisienne a été dépistée la semaine de noël).

Les départements qui dépistent le moins sont l'Eure (1.788 dépistages pour 100.000 habitants contre 2.628 la semaine précédente), la Charente (1.798 dépistages pour 100.000 habitants) et la Lozère (1.843 dépistages pour 100.000). 

Évolution par région (PCR + antigéniques)

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la fomule : 
Nombre de positifs de la région en une semaine / Population de la région / 100 000 (habitants)

Incidence pos reg s53

La Bourgogne-Franche-Comté reste la région la plus touchée en France cette semaine avec la plus forte incidence de positifs avec 246 positifs pour 100.000 habitants (6.855 cas) contre 214 la semaine précédente soit une hausse de +15% en une semaine. La deuxième région en incidence est PACA avec 232 cas positifs pour 100.000 habitants (11.744 cas positifs) contre 192 la semaine précédente soit une hausse de +21%. Le Grand-Est est la troisième région avec 228 positifs pour 100.000 habitants contre 194 la semaine précédente soit une hausse de +17%.

En pourcentage, la région qui a eu la plus forte progression est la Corse, +55% en une semaine, ce pourcentage étant certainement non autochtone et lié au dépistage systématique des personnes arrivant sur l'Ile.

Les moins touchées en incidence cette semaine sont la Bretagne avec une incidence de 58 positifs pour 100.000 habitants contre 42 la semaine précédente (+37%), la Corse avec une incidence de 56 positifs pour 100.000 habitants contre 42 la semaine précedente, la Nouvelle Aquitaine avec 93 positifs pour 100.000 habitants contre 70 la semaine précédente (+33%).

 

Carte du nombre de dépistages réalisés en une semaine

Incidence test reg s53

En métropole, les trois régions qui réalisent le plus grand nombre de dépistages cette semaine en incidence sur la population sont la Corse avec sa campagne de dépistage massive des arrivants, 5.142 dépistages pour 100.000 habitants (17.726), -11% par rapport à la semaine de noël , le PACA avec 3.656 dépistages pour 100.000 habitants (184.859 dépistages) , et le Grand Est avec 3.204 dépistages pour 100.000 habitants (176.603).

La Bretagne est la région qui dépiste le moins en incidence sur la population avec une incidence de 2.138 !

Suivent ensuite les Pays de la Loire (2.153 examens pour 100 000 habitants) et le Centre (2.266 dépistages pour 100.000 habitants).

 

Voir vidéo à jour sur l'évolution de la situation depuis le premier déconfinement. 

 

Historique des statistiques

Voir les statistiques de la semaine 51 (14 au 20 dec.)

 

Réalisation. Ces analyses de données et représentations sont réalisées pour le SDB par la société SIL-LAB Experts que vous pouvez contacter ici

47 Dernière modification le jeudi, 07 janvier 2021