Panier Vide

05 sept. 2020

COVID-19 : nombre de dépistages réalisés et de cas positifs constatés du 24 au 30 Août 2020 (semaine 35)

Évaluer cet article
(0 Votes)

COVID-19 : les chiffres de la contamination en France du 34 au 30 août

Ces statistiques sont basées sur les données colligées par SI-DEP disponibles sur data.gouv.fr en open data. Ces données ne concernent que les examens RT-PCR.

Évolution en une semaine 

Évolution de la semaine 35 (24 au 30 août) par rapport à la semaine 34 (17 au 23 août)

comparaison S S 1

Les laboratoires de biologie médicale se sont organisés pour réaliser plus de 875 000 dépistages en une semaine (+18,24% en une semaine). Les laboratoires de biologie n'ont de cesse d'augmenter leurs capacités pour répondre à une demande très importante. La croissance du nombre de résultats positifs est de 35,37%, un peu moins rapide que la semaine précédente (48,06%). Les positifs augmentent plus rapidement en métropole (+36%) que dans les DROM (+21,41%) et deux fois plus vite que le nombre de dépistages.

Dans les DROM, la situation s'améliore presque partout sauf en Guadeloupe (+77%) et à La Réunion (+24%).

A savoir à propos de la répartition géographique des données

A noter que dans les données collectées par le SI-DEP, il existe environ 1% des données dont le département n'est pas renseigné (code postal renseigné invalide), soit environ l'équivalent d'un département Français. Pour cette raison, dans nos analyses, il a été décidé de considérer ces patients comme situés en France métropolitaine et de situer ces données dans l'océan atlantique afin de pouvoir les suivre visuellement tout en comprenant ce qu'elles représentent.

Concernant les couleurs pour les "Heat Map" (représentation en cible), la couleur n'est pas attribuée qu'en fonction du nombre représenté, mais prend aussi en considération la taille de la zone géographique et donc la densité. Ainsi, pour l'Ile-de-France, il apparaitra légèrement plus important car l'IA estime que ce niveau de cas sur une zone restreinte est plus important qu'un nombre de cas un peu plus important sur une zone moins dense.

 

Évolution par département

 

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la formule :
Nombre de positifs du département en une semaine / Population du département / 100.000 (habitants).

inc pos dep S35

La situation dans les Bouches du Rhône s'est encore dégradée avec la plus forte incidence des positifs sur la population avec  182 cas pour 100.000 habitants - 3 704 positifs (contre une incidence de 150 la semaine dernière - 3 066 cas positifs). Le département dépasse toujours le seuil d'alerte qui a été fixé à 50 positifs pour 100.000 habitants. La situation se dégrade aussi très fortement à Paris avec une incidence de 147 positifs pour 100.000 habitants (3 165 positifs) contre 100 la semaine précédente suivi de près par le Val-de-Marne qui passe à 129 postifis pour 100.000 habitants (1814 positifs).  Les Alpes-Maritime qui étaient le troisième département le plus touché la semaine dernière subit une progression un peu moins rapide avec une incidence de 125 positifs pour 100.000 habitants (contre 106 la semaine dernière). On voit assez clairement ques les départements du tiers sud de la France sont plus touchés que ceux du nord de la France (hors région parisienne).

93 départements dépassent le seuil de vigilance cette semaine contre 77 semaine dernière et 20 département dépassent le seuil d'alerte contre 14 la semaine dernière.

Aucun département de métropole ne peut se prévaloir de n'avoir identifé aucun cas cette semaine et le Cantal est le département avec l'incidence et le nombre de cas le plus faible (incidence de 6 pour 100.000 habitants - 9 positifs).

Carte du nombre de dépistage réalisés en une semaine

L'incidence des dépistages est calculée par la formule :
Nombre d'examens / Population du département / 100.000 habitants

inc exa dep S35

Les Bouches du Rhône sont le premier département en incidence du nombre de dépistages sur la population avec 2 565 dépistages pour 100.000 habitants - 52 195 - (contre 2 069 dépistages pour 100.000 habitants la semaine dernière). Les Alpes-Maritimes sont le deuxième département qui dépiste le plus avec 2 122 dépistages pour 100.000 habitants (contre 1 755 dépistages la semaine dernière). Paris est troisième avec 2 033 dépistages pour 100.000 habitants - 43 681 - (contre 1 727 dépistages la semaine dernière). Paris réalise presque 10 000 dépistages de moins que les Bouches du Rhône.

L'Aisne, la Somme et l'Eure sont les trois départements ou l'incidence du nombre d'examens est le plus faible (moins de 700 dépistages pour 100.000 habitants). Ces trois département étaient en dessous de 550 dépistages pour 100.000 habitants la semaine dernière ce qui est une belle progression.

Évolution par région

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la fomule : 
Nombre de positifs de la région en une semaine / Population de la région / 100 000 (habitants)

inc pos reg S35

En métropole, la situation de PACA est la plus préoccupante avec la plus forte incidence de 122 positifs pour 100.000 habitants (soit 6 193 cas positifs) contre 101 la semaines précédente (soit 5 137 cas positifs) ce qui représente une progression de +21%. La deuxième région en incidence est l'Ile-de-France avec 95 cas positifs pour 100.000 habitants (11 752 cas positifs) contre 65 la semaine précédente soit une forte progression de +46%. La Nouvelle aquitaine passe devant l'occitanie une incidence de 49 positifs pour 100.000 habitants contre 31 la seamine passée pour une progression de +61%. Il faut aussi signaler que la Corse progresse très rapidement avec une incidence de 58 pour 100.000 habitants (200 positifs) contre 11 la semaine passée (40 positifs) soit une progression de +400% !

Les moins touchés en incidence cette semaine sont la Bretagne avec une incidence de 21 positifs pour 100.000 habitants contre 17 la semaine précedente, les Pays de la Loire avec 27 positifs pour 100.000 habitants très stable par rapport à la semaine dernière (27 aussi) et les Hauts-de-France avec une incidence de 27 positifs pour 100.000 habitants contre 20 la seamine précédente.

Les Pays de la Loire sont la seule région ou la situation est stable, ce qui est d'autant plus remarquable que le nombre de dépistage augmenté de +16% !

 

Carte du nombre de dépistages réalisés en une semaine

inc exa reg S35

Les trois régions qui réalisent le plus grand nombre de dépistages cette semaine en incidence sur la population sont PACA (101 831 dépistages - 2 014 pour 100.000 habitants contre 93 305 dépistages - 1 846 pour 100.000 habitants la semaine précédente), la Corse (1 550 dépistages pour 100.000 habitants contre 930 la semaine précédente) et l'Ile de France (177 262 dépistages réalisés - 1 443 pour 100.000 habitants contre 149 210 la semaine précédente).

Celles qui en réalisent le moins sont la Normandie (967 examens pour 100 000 habitants contre 700 la semaine passée), les Hauts-de-France (988 pour 100 000 habitants contre 824 la semaine précédente) et Auvergne-Rhône-Alpes (1046 examens pour 100 000 habitants contre 866 la semaine précédente).

 

 

Historique des statistiques

Voir les statistiques de la semaine 34 (17 au 23 août)

 

Réalisation. Ces analyses de données et représentations sont réalisées pour le SDB par la société SIL-LAB Experts que vous pouvez contacter ici

Tags: :
412 Dernière modification le mardi, 08 septembre 2020