Panier Vide

10 sept. 2020

COVID-19 : cartographie du nombre de dépistages réalisés et de cas positifs constatés du 31 Août au 6 Septembre 2020 (semaine 36)

Évaluer cet article
(0 Votes)

COVID-19 : les chiffres de la contamination en France du 31 août au 6 septembre

Ces statistiques sont basées sur les données colligées par SI-DEP disponibles sur data.gouv.fr en open data. Ces données ne concernent que les examens RT-PCR.

Évolution en une semaine 

Évolution de la semaine 36 (31 août au 6 septembre) par rapport à la semaine 35 (24 au 30 août)

S36 stat

Les laboratoires de biologie médicale se sont organisés pour réaliser plus de 926 639 dépistages en une semaine (+2,62% en une semaine). A ce stade, il semble que la capacité atteint un plafond qu'il sera difficile de franchir. La croissance du nombre de résultats positifs est de 24,08%, un peu moins rapide que la semaine précédente (35,37%). Les positifs augmentent plus rapidement dans les DROM (+31%) qu'en métropole (+23,75%) et plus vite que le nombre de dépistages qui est assez stable.

Dans les DROM, la situation se dégrade en Martinique (+60%), à Mayotte (+43%), à La Réunion (+40%) et en Guadeloupe (+34%).

A savoir à propos de la répartition géographique des données

A noter que dans les données collectées par le SI-DEP, il existe environ 1% des données dont le département n'est pas renseigné (code postal renseigné invalide), soit environ l'équivalent d'un département Français. Pour cette raison, dans nos analyses, il a été décidé de considérer ces patients comme situés en France métropolitaine et de situer ces données dans l'océan atlantique afin de pouvoir les suivre visuellement tout en comprenant ce qu'elles représentent.

Concernant les couleurs pour les "Heat Map" (représentation en cible), la couleur n'est pas attribuée qu'en fonction du nombre représenté, mais prend aussi en considération la taille de la zone géographique et donc la densité. Ainsi, pour l'Ile-de-France, il apparaitra légèrement plus important car l'IA estime que ce niveau de cas sur une zone restreinte est plus important qu'un nombre de cas un peu plus important sur une zone moins dense.

 

Évolution par département

 

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la formule :
Nombre de positifs du département en une semaine / Population du département / 100.000 (habitants).

S36 incidence pos dept

La situation dans les Bouches du Rhône s'est encore dégradée avec une incidence des positifs sur la population qui franchit la barre des 200 cas pour 100.000 habitants - 4 110 positifs (contre une incidence de 192 la semaine dernière - 3 919 cas positifs). La situation se dégrade très vite en Gironde ou l'incidence est supérieure à celle de Paris avec une incidence de 165 positifs pour 100.000 habitants (2 703 positifs) contre 125 la semaine précédente (2 055 positifs). Le nombre de nouveaux cas sur une semaine en Gironde est supérieure au nombre de nouveaux cas dans les Bouches du Rhône. Paris est donc troisième avec une incidence de 157 cas pour 100.000 habitants (3 380 positifs) contre 153 cas pour 100.000 habitants la semaines précédente (3 303 positifs). Il y a donc une relative stabilité à Paris avec une croissance qui arrive à être contrôlée petit à petit. On voit assez clairement ques les départements du tiers sud de la France sont plus touchés que ceux du nord de la France (hors région parisienne).

95 départements dépassent le seuil de vigilance cette semaine contre 93 la semaine dernière et 36 département dépassent le seuil d'alerte contre 23 la semaine dernière. Si certains points chauds comme Paris et les Bouches du Rhône arrivent progressivement à être mis sous contrôle, des points qui étaient moins chauds se dégradent rapidement.

Carte du nombre de dépistage réalisés en une semaine

L'incidence des dépistages est calculée par la formule :
Nombre d'examens / Population du département / 100.000 habitants

S36 incidence depistage dept

L'incidence du nombre de dépistages pour 100.000 habitants a progressée rapidement en Haute Corse qui devance les Bouches du Rhône avec une incidence de 2 468 dépistages pour 100.000 habitants contre 1 664 la semaine passée (+48%). Les Bouches du Rhône sont le deuxième département en incidence du nombre de dépistages sur la population avec 2 376 dépistages pour 100.000 habitants - 48 349 - (contre 2 672 dépistages pour 100.000 habitants la semaine dernière) soit une baisse de dépistage de -11% pour une progression de positifs de +4,8%. Paris est troisième en incidence du dépistage avec un très légère hausse à 2 159 dépistages pour 100.000 habitants cette semaine contre 2 100 la semaine précédente.

L'Aisne, l'Eure et le Loir et Cher sont les trois départements ou l'incidence du nombre d'examens est le plus faible (moins de 730 dépistages pour 100.000 habitants).

Évolution par région

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la fomule : 
Nombre de positifs de la région en une semaine / Population de la région / 100 000 (habitants)

S36 incidence pos reg

En métropole, la situation de PACA est la plus préoccupante avec la plus forte incidence de 137 positifs pour 100.000 habitants (soit 6 946 cas positifs) contre 129 la semaines précédente (soit 6 563 cas positifs) ce qui représente une progression de +6% de positifs pour une baisse de -9% du nombre de dépistage. La deuxième région en incidence est l'Ile-de-France avec 102 cas positifs pour 100.000 habitants (12 533 cas positifs) contre 99 la semaine précédente ce qui est une relative stabilisation. La Corse enregistre une forte progression avec une incidence de 90 positifs pour 100.000 habitants contre 58 la semaine précédente. Les Hauts-de-France qui étaient la semaine dernière la troisième région la moins touchée augmente très rapidement cette semaine à 70 positifs pour 100.000 habitants contre 28 la semaine précédente soit une augmentation de +148%. On voit que les situations peuvent se dégrader très rapidement au moindre relachement.

Les moins touchés en incidence cette semaine sont le Grand Est avec une incidence de 30 positifs pour 100.000 habitants contre 28 la semaine précédente, la Bretagne avec une incidence de 38 positifs pour 100.000 habitants contre 22 la semaine précedente, la Bourgogne-Franche-Comté avec 39 positifs pour 100.000 habitants contre 32 la semaine précédente.

C'est étonnament en Ile-de-France que la situation est la plus stable avec une hause de seulement 2% des positifs !

 

Carte du nombre de dépistages réalisés en une semaine

S36 incidence depistage reg

En métropole, les trois régions qui réalisent le plus grand nombre de dépistages cette semaine en incidence sur la population sont la Corse (7 911 dépistages - 2 295 dépistages pour 100.000 habitants - contre 5 346 dépistages - 1 551 pour 100.000 habitants la semaine dernière), PACA (96 100 dépistages - 1 900 pour 100.000 habitants contre 106 103 dépistages - 2 098 pour 100.000 habitants la semaine précédente), et l'Ile de France (179 494 dépistages réalisés - 1 461 pour 100.000 habitants contre 183 223 la semaine précédente).

Celles qui en réalisent le moins sont la Normandie (1 062 examens pour 100 000 habitants contre 1 011 la semaine passée), la Bretagne (1 080 dépistages pour 100.000 habitants contre 1 080 la semaine précédente) et le Centre qui diminue ses capacités de dépistage (1 166 dépistages pour 100.000 habitants contre 1 267 la semaine précédente).

 

Voir vidéo à jour sur l'évolution de la situation depuis le déconfinement. 

 

Historique des statistiques

Voir les statistiques de la semaine 35 (24 au 30 août)

 

Réalisation. Ces analyses de données et représentations sont réalisées pour le SDB par la société SIL-LAB Experts que vous pouvez contacter ici

Tags: :
834 Dernière modification le vendredi, 11 septembre 2020