Panier Vide

08 oct. 2020

COVID-19 : cartographie du nombre de dépistages réalisés et de cas positifs constatés du 28 septembre au 4 octobre 2020 (semaine 40)

Évaluer cet article
(0 Votes)

COVID-19 : les chiffres de la contamination en France du 28 septembre au 4 octobre

Ces statistiques sont basées sur les données colligées par SI-DEP disponibles sur data.gouv.fr en open data. Ces données ne concernent que les examens RT-PCR.

Évolution en une semaine 

Évolution de la semaine 40 (28 septembre au 4 octobre) par rapport à la semaine 39 (21 au 27 septembre)

S40 Stats

Les nombreux messages qui ont été passés pour prioriser les dépistages continuent à inciter les patients de prioriser leur réel besoin de dépistage. Après un recul du nombre de dépistaged de -20% en semaine 39, le nombre de dépistage recul encore de -8,8% en semaine 40. Alors que sur la semaine 39, il y avait un léger recul de -3% de l'épidémie, l'épidémie repart à la hausse de +7% en semaine 40. L'effet corollaire de ces deux indicateurs est que le taux de positivité continue de progresser de 7,6% à 9%, mais son interprétation reflète aussi bien une poussée de l'épidémie qu'un meilleur ciblage des efforts de dépistage.

Les délais moyens de rendu de résultats sont revenus à moins de 24H.

A savoir à propos de la répartition géographique des données

A noter que dans les données collectées par le SI-DEP, il existe environ 1% des données dont le département n'est pas renseigné (code postal renseigné invalide), soit environ l'équivalent d'un département Français. Pour cette raison, dans nos analyses, il a été décidé de considérer ces patients comme situés en France métropolitaine et de situer ces données dans l'océan atlantique afin de pouvoir les suivre visuellement tout en comprenant ce qu'elles représentent.

Concernant les couleurs pour les "Heat Map" (représentation en cible), la couleur n'est pas attribuée qu'en fonction du nombre représenté, mais prend aussi en considération la taille de la zone géographique et donc la densité. Ainsi, pour l'Ile-de-France, il apparaitra légèrement plus important car l'IA estime que ce niveau de cas sur une zone restreinte est plus important qu'un nombre de cas un peu plus important sur une zone moins dense.

 

Évolution par département

 

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la formule :
Nombre de positifs du département en une semaine / Population du département / 100.000 (habitants).

S40 incidence pos dept

En incidence du nombre de positifs sur la population, le département de Paris est passé premier avec une hausse pour arriver à 308 cas pour 100.000 habitants - 6 625 positifs (contre une incidence de 274 la semaine dernière - 5 900 cas positifs) soit une hausse de +12% alors que le nombre de dépistage baisse de -3%. La situation se dégrade très rapidement dans la Loire avec une incidence de 232 positifs pour 100.000 habitants (1 775 positifs) contre 162 la semaine précédente (1 243 positifs) soit une hausse de +43%. Les Hauts-de-Seine ont une incidence de 228 positifs pour 100.000 habitants contre 197 la semaine précédente soit une hausse de +15%. Le Nord, le Rhône, le Val-de-Marne et la Seine-St-Denis ont tous une incidence de plus de 200 positifs sur 100.000 habitants.

Les Bouches-du-Rhone passent légèrement en dessous de la barre des 200 positifs sur 100.000 habitants .

Alors que la Guadeloupe avait la plus forte incidence de France la semaine dernière, l'incidence a fortement baissée à 209 pour 100.000 habitants cette semaine contre 283 la semaine précédente soit une baisse de -26%.

Tous les départements restent au-dessus du seuil de vigilance cette semaine, à l'exception de Saint-Pierre-et-Miquelon. 71 départements dépassent le seuil d'alerte contre 64 la semaine dernière. 36 départements de métropole enregistrent une baisse.

Cette dégradation de la situation comparée à la légère amélioration de la semaine dernière est pourrait-être liée à la nette amélioration des conditions de prélèvement qui permettent aux patients de ne plus hésiter pour aller se faire prélever dans un LBM.

Carte du nombre de dépistage réalisés en une semaine

L'incidence des dépistages est calculée par la formule :
Nombre d'examens / Population du département / 100.000 habitants

S40 incidence test dept

Globalement le nombre de dépistage a encore diminué de -8,8% en une semaine au niveau national (après une baisse de -20% la semaine précédente), et cela s'explique certainement par les patients qui se sont encore un peu plus disciplinés en respectant les règles de priorité. L'incidence du nombre de dépistages pour 100.000 habitants est maintenant le plus important à Paris avec 2 160 dépistages pour 100.000 hab - soit 46 450 dépistages - contre 2 229 la semaine dernière - 44 092 dépistages - soit une baisse de -3%. Les Bouches du Rhône est le deuxième département qui dépiste le plus avec une incidence de 1 907 dépistages pour 100.000 habitants - 38 815 dépistages - contre 2 167 la semaine précédente - 44 092 dépistages soit une baisse de -12% . Le troisième département en incidence de dépistage est le Nord avec 1 887 dépistages pour 100.000 habitants cette semaine - 48 858 dépistages - contre une incidence de 2 183 la semaine précédente - 56 520 dépistages - soit une baisse de -14%.

L'Indre (699 dépistages pour 100.000 habitants soit -12% en une semaine), la Creuse (732 dépistages pour 100.000 habitants soit -12% en une semaine)  et la Haute-Marne (736 dépistages pour 100.000 habitants soit -5% en une semaine) sont les trois départements qui dépistent le moins en ratio de la population.

La baisse est généralisée dans presque tous les départements de Métropole à l'exception de 16 départements qui enregistrent une légère hausse.

Évolution par région

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la fomule : 
Nombre de positifs de la région en une semaine / Population de la région / 100 000 (habitants)

S40 incidence pos reg

En métropole, la situation de l'Ile de France est la plus préoccupante avec une incidence de 200 positifs pour 100.000 habitants (soit 24 596 cas positifs) contre 174 la semaine précédente (soit 21 374 cas positifs) soit une progression de +15% de positifs avec une baisse du nombre de dépistage de -4%. La deuxième région en incidence sont les Hauts-de-France avec 149 cas positifs pour 100.000 habitants (8 932 cas positifs) contre 141 la semaine précédente soit une hausse de 6% avec une baisse du nombre de dépistage de -14%. Auvergne-Rhône-Alpes est la troisième région avec 140 positifs pour 100.000 habitants contre 122 la semaine précédente soit une progression de 15%.

Les moins touchées en incidence cette semaine sont la Corse avec une incidence de 41 positifs pour 100.000 habitants contre 53 la semaine précédente (-22%), le Grand-Est avec une incidence de 46 positifs pour 100.000 habitants contre 39 la semaine précedente, la Bretagne avec 58 positifs pour 100.000 habitants contre 60 la semaine précédente.

La Corse, la Bretagne, la Nouvelle Aquitaine et PACA sont les régions qui présentent une amélioration par rapport à la semaines précédente au niveau régional.

 

Carte du nombre de dépistages réalisés en une semaine

S40 incidence test reg

Avec la baisse du nombre de dépistages, nous avons dû changer l'échelle de la carte par rapport à la semaine dernière. En métropole, les trois régions qui réalisent le plus grand nombre de dépistages cette semaine en incidence sur la population sont les Hauts-de-France (89 373 dépistages - 1 498 dépistages pour 100.000 habitants - contre 103 342 dépistages - 1 733 pour 100.000 habitants la semaine précédente), PACA (85 607 dépistages - 1 495 pour 100.000 habitants contre 83 274 dépistages - 1 647 pour 100.000 habitants la semaine précédente), et l'Ile-de-France (180 425 dépistages réalisés - 1 469 pour 100.000 habitants contre 187 637 dépistages la semaine précédente).

Les régions qui réalisent le moins de dépistage sont la Normandie (1 005 examens pour 100 000 habitants contre 1 124 la semaine passée), la Nouvelle Aquitaine (1 008 dépistages pour 100.000 habitants contre 1 160 la semaine précédente) et le Centre (1 044 dépistages pour 100.000 habitants contre 1 148 la semaine précédente).

La baisse du dépistage est généralisée sur toutes les régions, aucune n'échappe à la règle.

 

Voir vidéo à jour sur l'évolution de la situation depuis le déconfinement. 

 

Historique des statistiques

Voir les statistiques de la semaine 39 (21 au 27 septembre)

 

Réalisation. Ces analyses de données et représentations sont réalisées pour le SDB par la société SIL-LAB Experts que vous pouvez contacter ici

Tags: :
30 Dernière modification le jeudi, 08 octobre 2020