Panier Vide

15 oct. 2020

COVID-19 : cartographie du nombre de dépistages réalisés et de cas positifs constatés du 5 au 11 octobre 2020 (semaine 41)

Évaluer cet article
(0 Votes)

COVID-19 : les chiffres de la contamination en France du 5 au 11 octobre

Ces statistiques sont basées sur les données colligées par SI-DEP disponibles sur data.gouv.fr en open data. Ces données ne concernent que les examens RT-PCR.

Évolution en une semaine 

Évolution de la semaine 41 (5 au 11 octobre) par rapport à la semaine 40 (28 septembre au 4 octobre)

stats covid S41

Plus de 120.000 personnes ont été dépistés positifs à la COVID 19 en une semaine et c'est plus de 40.000 par rapport à la semaine précédente soit une hausse de plus de 50%. Pour mettre ce chiffre en perspective, pour passer de 3.000 à 40.000 par semaine, il avait fallu 11 semaines. Pour passer de 40.000 à 80.000 par semaine, il avait fallu 5 semaines. Pour passer de 80.000 à 120.000, une seule semaine a été nécessaire ! Alors que le nombre de dépistages baissait depuis deux semaines, il vient de rebondir de 14,83% pour revenir à un niveau proche de 1 million par semaine.

La situation est un peu meilleur dans les DROM qu'en métropole, mais cela n'est pas généralisé dans l'ensemble des zones de DROM.

Les délais moyens de rendu de résultats sont toujours à moins de 24H.

A savoir à propos de la répartition géographique des données

A noter que dans les données collectées par le SI-DEP, il existe environ 1% des données dont le département n'est pas renseigné (code postal renseigné invalide), soit environ l'équivalent d'un département Français. Pour cette raison, dans nos analyses, il a été décidé de considérer ces patients comme situés en France métropolitaine et de situer ces données dans l'océan atlantique afin de pouvoir les suivre visuellement tout en comprenant ce qu'elles représentent.

Concernant les couleurs pour les "Heat Map" (représentation en cible), la couleur n'est pas attribuée qu'en fonction du nombre représenté, mais prend aussi en considération la taille de la zone géographique et donc la densité. Ainsi, pour l'Ile-de-France, il apparaitra légèrement plus important car l'IA estime que ce niveau de cas sur une zone restreinte est plus important qu'un nombre de cas un peu plus important sur une zone moins dense.

 

Évolution par département

 

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la formule :
Nombre de positifs du département en une semaine / Population du département / 100.000 (habitants).

Incidence pos dept s41

En semaine 40, 1 seul département dépassait l'incidence de 300 positifs pour 100.000 habitants. En semaine 41, deux départements dépassent l'incidence de 400 positifs pour 100.000 habitants et 5 départements dépassent la barre des 300 !

Paris reste le département le plus touché avec une incidence de 433 positifs pour 100.000 habitants - 9.303 positifs (contre une incidence de 309 la semaine dernière - 6.659 cas positifs) soit une hausse de +40%. La Loire qui avait encore une incidence de 162 il y a deux semaines passe cette semaine a une incidence de 407 positifs pour 100.000 habitants (3.116 positifs) contre 232 la semaine précédente (1.776 positifs) soit une hausse de +75%. Le Rhône (3.959 nouveaux cas) et le Nord (5.579 nouveaux cas) sont deux départements avec un incidence proche de 350 positifs pour 100.000 habitants avec une progression respective de +68% et +59%.

Les Bouches-du-Rhone qui étaient passés en dessous de la barre d'incidence de 200 positifs pour 100.000 habitants repasse à une incidence de 234 positifs pour 100.000 habitants.

Dans les DROM, si la Guadeloupe qui était dans une situation préoccupante il y a encore deux semaines enregistre une nouvelle baisse à 150 positifs pour 100.000 habitants à la place de 213 la semaine précédente, la situation se dégrade à Saint-Martin et en Martinique qui passent la barre d'incidence de 100 positifs pour 100.000 habitants.

Tous les départements restent au-dessus du seuil de vigilance cette semaine. 2 départements sont en dessous du seuil d'alerte. 1 seul département de métropole enregistre une baisse, le Territoire-de-Belfort.

Carte du nombre de dépistage réalisés en une semaine

L'incidence des dépistages est calculée par la formule :
Nombre d'examens / Population du département / 100.000 habitants

Incidence test dept s41

Après deux semaines de baisse, le nombre de dépistage rebondit de de +14,83% en une semaine avec une différence notable entre la métropole (+15,49%) et les DROM qui reculent (-11,26%). L'incidence du nombre de dépistages pour 100.000 habitants est maintenant le plus important à Paris avec 2.589 dépistages pour 100.000 hab - soit 55.634 dépistages - contre 2.160 la semaine dernière - 46.424 dépistages - soit une hausse de +20%. Le Nord est le deuxième département qui dépiste le plus avec une incidence de 2.209 dépistages pour 100.000 habitants - 57.201 dépistages - contre 1.879 la semaine précédente - 48.651 dépistages soit une hausse de +18% . Le troisième département en incidence de dépistage est la Loire avec 2.137 dépistages pour 100.000 habitants cette semaine - 16.345 dépistages - contre une incidence de 1.623 la semaine précédente - 12.414 dépistages - soit une baisse de -32%.

La Charente (821 dépistages pour 100.000 habitants soit +4% en une semaine), l'Indre (860 dépistages pour 100.000 habitants soit +23% en une semaine)  et le Morbihan (886 dépistages pour 100.000 habitants soit -2% en une semaine) sont les trois départements qui dépistent le moins en ratio de la population.

La hausse est généralisée dans presque tous les départements de Métropole à l'exception de 12 départements qui enregistrent une légère baisse, la plus forte baisse étant dans les Alpes de Haute-Provence qui ont une baisse de -24% qui ont pourtant une hausse du nombre de positifs de +61% !

Évolution par région

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la fomule : 
Nombre de positifs de la région en une semaine / Population de la région / 100 000 (habitants)

S40 incidence pos reg

En métropole, la situation de l'Ile de France est la plus préoccupante avec une incidence de 302 positifs pour 100.000 habitants (soit 37.144 cas positifs) contre 204 la semaine précédente (soit 25.101 cas positifs) soit une progression de +48% de positifs. La deuxième région en incidence est Auvergne-Rhône-Alpes avec 249 cas positifs pour 100.000 habitants (20.027 cas positifs) contre 141 la semaine précédente soit une hausse de 77%. Les Hauts-de-France sont la troisième région avec 231 positifs pour 100.000 habitants contre 150 la semaine précédente soit une progression de 54%.

Les moins touchées en incidence cette semaine sont la Bretagne avec une incidence de 78 positifs pour 100.000 habitants contre 58 la semaine précédente (+34%), la Nouvelle-Aquitaine avec une incidence de 85 positifs pour 100.000 habitants contre 65 la semaine précedente soit une progression de +31% qui est la plus faible progression en pourcentage en métropole, la Corse avec 88 positifs pour 100.000 habitants contre 41 la semaine précédente soit la plus forte progression en pourcentage, +112%.

Les DROM sont les seuls à enregistrer des baisses avec -29% en Guadeloupe, -27% en Guyane, -18% à La Réunion.

 

Carte du nombre de dépistages réalisés en une semaine

Incidence test reg s41

En métropole, les trois régions qui réalisent le plus grand nombre de dépistages cette semaine en incidence sur la population sont l'Ile-de-France avec 1.783 dépistages pour 100.000 habitants (218.932 dépistages) contre 1.490 dépistages pour 100.000 habitants la semaine précédente, les Hauts-de-France avec 1.739 dépistages pour 100.000 habitants (103.740) contre 1.502 pour 100.000 habitants la semaine précédente et Auvergne-Rhône-Alpes avec 1.662 pour 100.000 habitants (133.515) contre 1.329 dépistages pour 100.000 habitants la semaine précédente.

Les régions qui réalisent le moins de dépistage sont la Nouvelle Aquitaine avec une relative stabilité du nombre de dépistage au niveau régional (1.078 examens pour 100 000 habitants contre 1.007 la semaine passée), la Bretagne (1.114 dépistages pour 100.000 habitants contre 1.078 la semaine précédente) et la Normandie (1.206 dépistages pour 100.000 habitants contre 1.031 la semaine précédente).

La hausse du dépistage est généralisée sur toutes les régions, aucune n'échappe à la règle.

 

Voir vidéo à jour sur l'évolution de la situation depuis le déconfinement. 

 

Historique des statistiques

Voir les statistiques de la semaine 40 (28 septembre au 4 octobre)

 

Réalisation. Ces analyses de données et représentations sont réalisées pour le SDB par la société SIL-LAB Experts que vous pouvez contacter ici

69 Dernière modification le lundi, 19 octobre 2020