Panier Vide

29 oct. 2020

COVID-19 : cartographie du nombre de dépistages réalisés et de cas positifs constatés du 19 au 25 octobre 2020 (semaine 43)

Évaluer cet article
(0 Votes)

COVID-19 : les chiffres de la contamination en France du 19 au 25 octobre

Ces statistiques sont basées sur les données colligées par SI-DEP disponibles sur data.gouv.fr en open data. Ces données ne concernent que les examens RT-PCR.

Évolution en une semaine 

Évolution de la semaine 43 (19 au 25 octobre) par rapport à la semaine 42 (12 au 18 octobre)

stats covid S43

266.208 personnes ont été dépistés positives à la COVID 19 en une semaine contre 171.283 la semaine précédente. Pour mettre ce chiffre en perspective, les deux précédentes semaines montraient une hausse d'environ 40.000 nouveaux cas par semaine alors que cette semaine, il s'agit presque de 100.000 nouveaux cas par semaine. Les laboratoires continuent à s'adapter à la situation en adaptant autant que possible leurs possibilités de dépistage avec plus de 1,4 millions de dépistages réalisés par semaine. Les délais de rendus moyens restent sous la barre des 48H.

La situation est un peu meilleure dans les DROM qu'en métropole avec une incidence généralisée en dessous de 100 positifs pour 100.000 habitants sauf en Martinique qui dépasse l'incidence de 200 positifs pour 100.000 habitants ce qui reste largement en dessous de la moyenne nationale.

 

A savoir à propos de la répartition géographique des données

A noter que dans les données collectées par le SI-DEP, il existe environ 1% des données dont le département n'est pas renseigné (code postal renseigné invalide), soit environ l'équivalent d'un département Français. Pour cette raison, dans nos analyses, il a été décidé de considérer ces patients comme situés en France métropolitaine et de situer ces données dans l'océan atlantique afin de pouvoir les suivre visuellement tout en comprenant ce qu'elles représentent.

Concernant les couleurs pour les "Heat Map" (représentation en cible), la couleur n'est pas attribuée qu'en fonction du nombre représenté, mais prend aussi en considération la taille de la zone géographique et donc la densité. Ainsi, pour l'Ile-de-France, il apparaitra légèrement plus important car l'IA estime que ce niveau de cas sur une zone restreinte est plus important qu'un nombre de cas un peu plus important sur une zone moins dense.

 

Évolution par département

 

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la formule :
Nombre de positifs du département en une semaine / Population du département / 100.000 (habitants).

incidence pos dept s43

ATTENTION : L'augmentation des chiffres nous a obligé à revoir l'échelle de couleur de nos cartes par rapport aux semaines précédentes.

En semaine 43, pour la première fois depuis le déconfinement, un département dépasse l'incidence de 1.000 positifs pour 100.000 habitants, il s'agit de la Loire avec une incidence de 1.074 positifs pour 100.000 habitant (contre 683 la semaine précédente, +57%), ce qui revient à dire que chaque semaine 1% de la population est positive à la COVID-19, soit, cette semaine 8.218 personnes. Deux autres départements limitrophes dépassent l'incidence de 800 positifs pour 100.000 habitants. Il s'agit de la Haute-Loire qui progresse de +105% en une semaine avec une incidence de 844 positifs pour 100.000 habitants contre 411 la semaine précédente et du Rhône qui s'en approche avec plus de 15.000 nouveaux cas positifs soit 833 cas positifs pour 100.000 habitants (+46% en une semaine) contre 569 la semaine précédente. L'Isère, la Haute-Savoie, la Savoie et l'Ardèche dépassent tous l'incidence de 600 pour 100.000 habitants. Le bassin Lyonnais est le foyer de l'épidémie actuelle.

Le Nord et l'Ain dépassent les 700 positifs pour 100.000 habitants.

Paris a une incidence de 535 positifs pour 100.000 habitants contre 424 la semaine précédente (progression de +26%) soit 11.511 cas positifs en une semaine. Ce résultat reste à considérer avec précaution dans un département ou obtenir un rendez-vous pour un dépistage reste assez complexe.

Plus aucun département de métropole n'est en dessous de la barre d'incidence de 100 pour 100.000 habitants.

Les départements les moins touchés en incidence sont la Charente-Maritime avec une incidence de 125 positifs pour 100.000 habitants contre 53 la semaine précédente (+132%), les Côtes d'Armor avec 126 positifs pour 100.000 habitants contre 111 la semaine précédente et le Finistère avec 136 positifs pour 100.000 habitants contre 82 la semaine précédente.

Carte du nombre de dépistage réalisés en une semaine

L'incidence des dépistages est calculée par la formule :
Nombre d'examens / Population du département / 100.000 habitants

incidence test dept s43

Les laboratoires de biologie continuent à optimiser leurs ressources et procédures pour répondre à la demande de dépistage croissante avec la propagation de l'épidémie et réalisent plus de 1,4 millions de dépistage en une semaine (+15,33%) une progression très inférieure à la progression des positifs. L'incidence du nombre de dépistages pour 100.000 habitants reste le plus important dans le Nord avec 3.503 dépistages pour 100.000 hab - soit 90.712 dépistages - contre 3.001 la semaine dernière - 77.716 dépistages - soit une hausse de +17%. La Loire est le deuxième département qui dépiste le plus avec une incidence de 3.390 dépistages pour 100.000 habitants - 25.928 dépistages - contre 2.849 la semaine précédente - 21.795 dépistages soit une hausse de +19% . Le troisième département en incidence de dépistage est le Rhône avec 3.360 dépistages pour 100.000 habitants cette semaine - 63.046 dépistages - contre une incidence de 2.848 la semaine précédente - 53.438 dépistages - soit une hausse de +18%.

L'Orne (1.158 dépistages pour 100.000 habitants), le Morbihan (1.287 dépistages pour 100.000)  et la Lot-et-Garonne (1.294 dépistages pour 100.000 habitants) sont les trois départements qui dépistent le moins en ratio de la population.

La hausse est généralisée dans presque tous les départements de Métropole à l'exception de 4 départements qui enregistrent une légère baisse, la plus forte baisse étant dans la Saien-et-Marne, -11% !

Évolution par région

Carte de l’évolution de cas positifs de COVID-19 en une semaine

L'incidence est calculée par la fomule : 
Nombre de positifs de la région en une semaine / Population de la région / 100 000 (habitants)

incidence pos reg s43

Auvergne-Rhône-Alpes devient la région avec la plus forte incidence de positifs avec 708 positifs pour 100.000 habitants (56.891 cas) contre 419 la semaine précédente soit une augmentation de +69% en une semaine. La deuxième région en incidence est les Hauts-de-France avec 519 cas positifs pour 100.000 habitants (30.998 cas positifs) contre 346 la semaine précédente soit une hausse de +50%. L'Ile-de-France est la troisième région avec 445 positifs pour 100.000 habitants contre 355 la semaine précédente soit une progression de +25%, la plus faible progression en pourcentage.

Les moins touchées en incidence cette semaine sont la Bretagne avec une incidence de 174 positifs pour 100.000 habitants contre 113 la semaine précédente (+53%), la Nouvelle-Aquitaine avec une incidence de 218 positifs pour 100.000 habitants contre 121 la semaine précedente soit une progression de +80%, les Pays-de-la-Loire avec 259 positifs pour 100.000 habitants contre 153 la semaine précédente soit une progression de +69%.

En pourcentage, la plus forte progression est le Grand Est qui fait +101% en une semaine, mais les chiffres en incidence restent dans la moyenne à 320 positifs pour 100.000 habitants.

 

Carte du nombre de dépistages réalisés en une semaine

incidence test reg s43

On voit bien sur la carte ci-dessus que la moitié Est du pays réalise plus de dépistages que la moitié Ouest.

En métropole, les trois régions qui réalisent le plus grand nombre de dépistages cette semaine en incidence sur la population sont Auvergne-Rhône-Alpes avec 2.695 dépistages pour 100.000 habitants (216.474) contre 1.201 pour 100.000 habitants la semaine précédente, les Hauts-de-France avec 2.620 dépistages pour 100.000 habitants (156.266 dépistages) contre 2.285 dépistages pour 100.000 habitants la semaine précédente, et le Grand Est avec 2.357 pour 100.000 habitants (129.917) contre 1.792 dépistages pour 100.000 habitants la semaine précédente.

L'Ile-de-France est septième dans le classement des régions qui dépistent le plus et en incidence sur la population avec une incidence de 2.162 dépistages pour 100.000 habitants.

Les régions qui réalisent le moins de dépistage sont la Bretagne (1.492 examens pour 100 000 habitants), la Nouvelle Aquitaine (1.618 dépistages pour 100.000 habitants) et la Normandie (1.671 dépistages pour 100.000 habitants).

La hausse du dépistage est généralisée sur toutes les régions, aucune n'échappe à la règle mais l'Ile-de-France n'augmente ses capacités de dépistage que de +2% cette semaine.

 

Voir vidéo à jour sur l'évolution de la situation depuis le déconfinement. 

 

Historique des statistiques

Voir les statistiques de la semaine 42 (12 au 18 octobre)

 

Réalisation. Ces analyses de données et représentations sont réalisées pour le SDB par la société SIL-LAB Experts que vous pouvez contacter ici

492 Dernière modification le jeudi, 29 octobre 2020