Panier Vide

  • Au 2e jour de leur grève commune avec les autres professionnels de santé, les biologistes médicaux réitèrent leur appel au dialogue avec le gouvernement.
  • À midi, le taux de suivi de cette grève est de 95 % des laboratoires.
  • Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue en marge des Journées de l’Innovation en Biologie (au Palais des Congrès de Paris), les syndicats de la profession ont annoncé au moins 10 000 emplois menacés par le projet de rabot gouvernemental.
  • Ils ont également rappelé le dernier compromis qu’ils ont transmis à la CNAM – une proposition d’économies pour 685 millions d’euros sur quatre ans – pour lequel ils n’ont reçu aucune réponse écrite et chiffrée à ce jour.
  • Constatant l’inflexibilité des autorités, les biologistes ont dit être « prêts au bras de fer » et annoncent déjà une prochaine action pour la semaine prochaine si aucune réponse ne leur est apportée : la suspension de la transmission des données de biologie médicale sur le Dossier Médical Partagé.

A partir de 18 heures, aujourd'hui : 

Point sur la grève et les négociations avec la CNAM sur les économies en 2023 & retour d'expérience sur la relation biologiste/prescripteur.

  • Ce mardi, au nom de l’ABM, les syndicats de biologie médicale ont réitéré, par courrier, leur proposition de participer à l’effort de guerre pour la période Covid et leur souhait de négocier un accord triennal pour 2024-2026. Dans ce compromis proposé à Thomas Fatôme, en plus de la contribution exceptionnelle de 250 millions d’euros qu’ils lui ont soumise pour 2023, les syndicats proposent une contribution de 145 millions d’euros en 2024, 2025 et 2026, soit une économie totale de 685 millions d’euros jusqu’en 2026.
  • Sauf que l’Assurance Maladie, en leur répondant par une énième proposition de réunion de travail, joue la montre plutôt que de répondre précisément et chiffres à l’appui à la proposition des syndicats. En conséquence, et comme précisé dans le courrier qu’ils lui ont adressé, les syndicats de biologie médicale appellent à rejoindre le mouvement des professionnels de santé et se mettront en grève reconductible dès le 1erdécembre.

Les journées de l’innovation en biologie se tiennent la semaine prochaine, les 1er et 2 décembre.

Conférences scientifiques de haut niveau, tables rondes sur la profession, exposition de matériel et rencontre avec nos partenaires… venez vivre une parenthèse collective régénératrice dans une période tendue et difficile.

Nous y serons présents (notre stand n°10) et dans les allées du salon. Nous vous y attendons !

Rappel

JIB, Palais des congrès de Paris, Porte Maillot, 
Pour vous inscrire dès maintenant : cliquez ici !

  • Le lundi 21 novembre, le Directeur général de l’Assurance maladie a reçu les syndicats de la profession, acceptant de reprendre le dialogue sur les économies prévues par le gouvernement dans le PLFSS.
  • Au nom de l’ABM, les syndicats ont réitéré leur proposition de participer à l’effort de guerre pour la période Covid et leur souhait de négocier un accord triennal pour 2024-2026.
  • Devant le manque de réponse claire de Thomas Fatôme, ils lui adressent ce mardi 22 novembre un courrier lui proposant un compromis. En plus de la contribution exceptionnelle de 250 millions d’euros qu’ils lui ont faite pour 2023, ils proposent une contribution de 145 millions d’euros en 2024, 2025 et 2026, soit une économie totale de 685 millions d’euros jusqu’en 2026. Les laboratoires de biologie médicale ne pourront pas aller plus loin que cet effort colossal qui correspond à 80% des bénéfices totaux liés à l'activité COVID depuis 2020.
  • Si cette nouvelle main tendue, ce nouvel effort et cette nouvelle proposition ne sont pas reconnus et acceptés, les laboratoires rejoindront la grève des professionnels de santé à partir du 1er décembre.

Suite à la réunion infructueuse du 7 novembre, il apparaît évident que le Gouvernement a donné à Monsieur Fatôme un mandat pour asphyxier la biologie médicale.

Pour tout comprendre au conflit des 250 millions d'euros d'économies en 2023, regardez le Grand entretien de l'épisode #16 de [BIO-M].

Face à la grève du SIDEP, le Gouvernement et l'Assurance maladie crient à l'irresponsabilité. Il est donc important de mobiliser les patients en leur expliquant que les très fortes économies demandées sur les actes de biologie courante en 2023 vont avoir un effet direct sur leur accès aux soins,  certains laboratoires devant fermer ou réduire fortement leurs amplitudes horaires. 

Malgré de nombreux rendez-vous auprès de tous les acteurs du gouvernement et des tutelles à propos du coup de rabot de 250 millions d’euros par an jusqu’en 2026 sur les dépenses de biologie courantes, contenu dans l’article 27 du PLFSS pour 2023, aucune discussion équitable n’a été ouverte par le gouvernement et l’Assurance maladie à ce jour.

L'Alliance de la biologie (ABM) dont le SDB  est membre, a tenu une première conférence de presse le vendredi 14 octobre pour demander à ce que le gouvernement revienne à la raison. Cette conférence de presse a été suivi d'un communiqué de presse (voir ici).