L'ACTUALITÉ

Le "rapport de branche" 2010 est paru Spécial

12 décembre 2011
La loi prévoit l'établissement d'un rapport de branche qui doit compléter l'information des partenaires sociaux dans leurs négociations.
Tous les ans une enquête est donc réalisée qui permet d'établir un rapport donnant un instantané de la profession et objectivant son évolution. L'institut I+C chargé de cette enquête vient de rendre son rapport.

L'établissement d'un rapport de branche est obligatoire (Article L132-12 du Code du travail) et incombe à la section patronale. Il doit permettre d'examiner l'évolution économique et la situation de l'emploi dans la branche. Moyen de mieux connaître la profession, il est  utilisé par la Commission paritaire de la convention collective des laboratoires d'analyses de biologie médicale extra hospitaliers dans les négociations concernant la convention collective (horaires de travail, travail de nuit, heures supplémentaires, gardes et astreintes, grilles et classifications.....)..

L'institut I+C assure le dépouillement et le traitement des informations recueillies auprès de nombreux laboratoires, sous la forme de statistiques globales en garantissant une scrupuleuse confidentialité

Le rapport de branche pour l'année 2010 vient d'être rendu public. En 78 pages, il représente la photographie de la profession ; image d'autant plus intéressante que la profession est en pleine mutation.

"Le phénomène de concentration de la profession, observé lors des précédents rapports, se poursuit en 2010. De fait, le nombre de laboratoires privés d'analyses médicales tend à se réduire sur une longue période s'établissant à 2.550 unités en 2010, soit 350 de moins qu'en 2003."
Le nombre de sites, 3.700, est quasi-stable comparé à 2009.
La concentration de la profession est accompagnée d'une réduction des effectifs : 39.200 actifs (salariés + non-salariés) en équivalent temps plein en 2010, soit une baisse de 3 % par rapport à 2009.

Près d'un laboratoire sur deux emploie moins de 11 salariés. Les plus grandes entités (plus de 50 salariés) représentent 5% de l'ensemble.

Concernant le statut juridique, le nombre de SEL s'affiche en nette progression: 1.160 SEL en 2010 soit 45 % de plus qu'en 2003.

Au 31 décembre 2010 142 laboratoires sont accrédités par le Cofrac.

En corrélation avec l'évolution des laboratoires, le nombre de biologistes présents en fin d'année continue de se réduire en 2010. Il s'établit désormais à 6.100 personnes, soit 300 de moins qu'en 2009 et 1.800 de moins qu'en 2003.
Cette diminution concerne notamment le nombre de biologistes non-salariés dont le nombre est passé de 6.800 en 2003 à 5.000 en 2010. En revanche, le nombre de directeurs adjoints apparaît stable sur longue période.

puceConsulter le rapport de branche 2010 (format pdf)

Informations supplémentaires

  • Accès Restreint: oui
Dernière modification le mercredi, 22 juillet 2015