L'ACTUALITÉ

Rencontres régionales

13 décembre 2013

Le SDB mise sur l'interactivité en régions

actus sdbPascal Banel, membre du CA du SDB, a organisé le 9 décembre en Franche-Comté la première rencontre régionale entre les biologistes médicaux libéraux et le Président du SDB. Les trente-quatre groupes de LBM, toutes obédiences confondues, étaient représentés. "Je remercie chaleureusement Pascal Banel d'avoir organisé cette rencontre, s'est félicité François Blanchecotte. On voit que sur tous les sujets d'actualité de la profession qui ont été abordés - réforme de la biologie médicale, plan triennal, réforme des retraites, fiscalité -, l'échange était nécessaire et utile. Cela a permis d'expliquer la position du SDB et en quoi nous contribuons à construire l'avenir de la profession." La réunion était conçue pour être très interactive puisque la salle a fait connaître les questions qu'elle voulait voir traitées, puis ces questions ont été regroupées pour que François Blanchecotte y réponde. Une formule anti-langue de bois que le Président du SDB souhaite dupliquer dans les autres régions. Des rendez-vous sont d'ailleurs en préparation. 

Les autres dossiers d'actualité suivis ces derniers jours  par le SDB :

  • Accessibilité des ERP
    Les biologistes doivent s'organiser dès maintenant

    Des négociations pour assouplir les contraintes
    L'échéance de la mise en accessibilité, au 1er janvier 2015, des établissements recevant du public (ERP), fruit de la loi handicap du 11 février 2005, approche. Le Gouvernement a maintenu l'objectif tout en instaurant des discussions. François Blanchecotte est chargé du dossier pour l'Union nationale des professions libérales (UnaPL) et assiste toutes les semaines à deux réunions avec le ministère de l'égalité des territoires et du Logement.
    L'une des deux réunions hebdomadaires est consacrée au calendrier. "Nous sommes en train de négocier un agenda qui pourrait durer de deux à quatre ans, précise François Blanchecotte. Un peu à la façon dont est mise en œuvre l'accréditation, le professionnel libéral s'engagerait à faire les travaux conformes aux normes souhaitées par les autorités selon un calendrier préétabli qui lui permettrait de programmer et d'absorber les travaux nécessaires dans le temps."
    L'autre réunion hebdomadaire concerne les normes. "J'essaie de faire simplifier les normes et les démarches administratives qui s'imposent aux établissements de 5e catégorie, c'est-à-dire ceux qui reçoivent moins de 100 personnes au même moment, explique le président du SDB. Toutes les entreprises libérales, laboratoires compris, relèvent de cette catégorie. Nous sommes par exemple en train d'obtenir qu'il n'y ait plus qu'un seul registre pour la sécurité incendie et pour l'accessibilité dans chaque ERP."

    Des initiatives à prendre sans attendre par les laboratoires
    Ces négociations hebdomadaires ne doivent pas être un prétexte pour ne rien faire et ne pas se préoccuper de ce sujet. "Je voudrais fortement attirer l'attention des biologistes sur le fait qu'il y a des choses à faire dès maintenant, insiste François Blanchecotte. D'ici juin prochain, il faudra avoir fait réaliser un diagnostic pour savoir si leur établissement est conforme aux normes. Cela permettra de faire le point soit pour monter un dossier de dérogation, soit pour programmer les travaux dans le bon ordre."
    A titre de rappel, l'Unapl a conclu une convention avec l'Union nationale des syndicats français d'architectes (UNSFA) pour que les entreprises libérales, dont les laboratoires, bénéficient de tarifs préférentiels pour la réalisation du diagnostic. En outre, les dossiers de demande de dérogation doivent impérativement être déposés à la Commission départementale de sécurité incendie avant le 31 décembre 2014. Cette dérogation concerne particulièrement les laboratoires en étage et ceux installés dans des immeubles anciens mais aussi les cas de distorsion manifeste entre le coût des travaux et le chiffre d'affaires du laboratoire.

  • Qualification professionnelle en Europe
    Haut niveau maintenu

    La nouvelle directive qualification était l'un des principaux sujets de l'Assemblée générale du Ceplis, le Conseil européen des professions libérales (Ceplis), à laquelle François Blanchecotte participait au nom de l'UnaPL en tant que Président du SDB. La directive vise à favoriser la circulation des professionnels dans les pays de l'Union européenne en rendant plus automatique la reconnaissance des qualifications et en simplifiant les procédures administratives. "Mais, se félicite François Blanchecotte, les libéraux ont réussi à faire imposer un alignement par le haut et à maintenir le haut niveau de qualification commun en Europe". "Pour les biologistes, ajoute-t-il, la directive consolide la situation qui avait été établie précédemment par le système de plate-forme commune (EC4), ce qui signifie que le niveau commun des diplômes européens de biologie médicale (Specialist in Laboratory Medicine) est maintenu à bac +10."

  • Carte de professionnels de santé européenne
    Le dossier avance

    L'AG du Ceplis a également pris acte de la création d'une carte virtuelle à destination des professionnels de santé. "Il y aura bien une identification virtuelle validée par les autorités de chaque pays, c'est à dire probablement par les Ordres en France, indique François Blanchecotte. Cela permettra aux citoyens de vérifier directement, en un clic sur Internet, si, par exemple, son biologiste possède bien les formations requises  pour exercer la profession à laquelle il prétend." Sujet à suivre notamment pour savoir quand cette carte européenne sera réellement mise en place.

  • économie
    Bruxelles s'intéresse aux libéraux pour favoriser la relance et le développement économique

    La direction générale Entreprises et industrie de la Commission européenne, qui a pour mission de promouvoir un cadre favorable à la croissance des entreprises européennes, a organisé plusieurs réunions de travail avec les organisations interprofessionnelles de chaque pays adhérent. Réunions au cours desquelles François Blanchecotte, en tant que Président de la commission des Affaires européennes et internationales de l'UnaPL, a fait entendre la voix de l'ensemble des libéraux français.
    L'objectif de ces réunions était de réfléchir à la manière dont l'Europe peut créer de la croissance et des emplois dans ce secteur. à cette fin, il a été décidé de rédiger un document, présenté à la Commission européenne en 2014, lequel aura pour objet de définir le secteur libéral, de reconnaître sa spécificité et d'amplifier son dynamisme. "J'ai proposé au Président de l'UnaPL, Michel Chassang, que nous organisions, peu avant les élections européennes de mai, une grande journée nationale française qui présentera le secteur libéral, les universités et les ministères concernés, y compris le secrétariat général des Affaires européennes (SGAE)", relate François Blanchecotte. Un travail de lobbying et de promotion des professions libérales qui doit contribuer à améliorer leur environnement d'exercice et dont les laboratoires devraient profiter.

Informations supplémentaires

  • Accès Restreint: oui
Dernière modification le mercredi, 22 juillet 2015