Panier Vide

ACTUALITÉ PROFESSIONNELLE

Les élections européennes ont donc lieu ce dimanche 26 mai. Le danger est de se faire prendre par l’apathie de la campagne. Comme le montre une récente enquête de l’Union nationale des profession libérales (UNAPL), dont la commission des Affaires européennes et internationales est présidée par Français Blanchecotte, Président du SDB, les professionnels libéraux ont une attente forte vis-à-vis de l’Europe. C’est le cas aussi des professionnels libéraux allemands. Leurs deux organismes représentatifs, l’UNAPL et la Bundesverband der Freien Berufe (BFB - Union fédérale des professions libérales allemandes) ont donc conçu ensemble un manifeste commun UNAPL/BFB à l’adresse des candidats aux élections européennes. Lisez-le avant de voter dimanche, cela pourra peut-être éclairer votre choix. 

Le juge des référés du tribunal administratif de Paris a décidé, le 1er avril 2019, d’annuler la procédure de passation du marché de renouvellement du programme de dépistage du cancer colorectal. La Cnam dit prendre les mesures permettant d’assurer la continuité de la campagne auprès des patientes.

Dans un rapport rendu public le 28 mars, Santé publique France dévoile les nouveaux chiffres de la surveillance de l’activité du dépistage du VIH en France. 5,6 millions de sérologies VIH ont été réalisées par les laboratoires de biologie médicale en 2017.

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de publier un document destiné à aider les professionnels de santé à mieux prendre en charge l’hypothyroïdie. Rappelons que cette maladie touche une à deux personnes sur cent en France (principalement des femmes de plus de 60 ans) et que le diagnostic ainsi que le traitement des patients restent améliorables.

Le rapport de branche effectué par l’Institut d’Informations et de Conjonctures Professionnelles (I+C) au sujet du secteur des laboratoires de biologie médicale extra hospitaliers a été publié il y a quelques jours. Ce rapport dense présente un nouveau portrait en chiffres de la profession, et montre son évolution entre 2016 et 2017.

L’augmentation rapide du nombre de cas de rougeole depuis quelques semaines laisse à craindre un retour de l’épidémie sur le territoire français. La Direction générale de la santé (DGS) alerte les professionnels de santé et diffuse quelques consignes au cas où vous rencontriez des patients concernés.

La création des Groupements hospitaliers de territoire (GHT) a mis à mal nombre de laboratoires de biologie médicale. La future loi Santé et l’avènement des hôpitaux de proximité pourraient entraîner un changement de tendance.

Tels que les travaux sont engagés, les biologistes médicaux, comme l’ensemble des libéraux, font partie des perdants de la loi sur les retraites actuellement en gestation. Ils vont devoir verser plus, percevoir moins et, peut-être même, accepter de payer pour les autres.
 
Le texte est censé être présenté en Conseil des ministres avant l’été pour être voté à la rentrée, si le calendrier prévu est respecté. Les discussions concernant plus spécifiquement la retraite des pharmaciens sont prévues en mars et avril. Les grands principes de la réforme sont toutefois connus. Explications.

De nombreux changements impactent directement les différentes branches professionnelles qui avaient jusqu’au 31 décembre 2018 pour désigner et constituer un Opérateur de compétences (OPCO) en lieu et place des Organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA). Mais concernant les professions de santé, l’organisation des branches reste encore floue. Explications.

À côté des formations de Développement professionnel continu (DPC), les biologistes libéraux bénéficient d’une prise en charge par le Fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux (FIF-PL) de tout ou partie de formations continues sur des thèmes définis chaque année.
Outre le nouveau barème de prise en charge, les biologistes médicaux pharmaciens ont la possibilité depuis janvier de faire prendre en charge deux nouvelles thématiques ajoutées à la liste de formations prioritaires. Et les démarches de reconversion sont également prises en compte.

Outre le problème identifié sur la sérologie de l’Hépatite C (voir la Newsletter Biologie Médicale Adhérents du 4 février), un autre bug nous a été signalé sur la sérologie de l'Hépatite B (HBs) : cette sérologie est prise en charge à tord à 100% dans la nouvelle table au lieu de l'être à 60 % comme mentionné dans l'arrêté.

La Cnam a indiqué au SDB qu'elle a saisi les équipes techniques et que celles-ci travaillent sur une solution à proposer rapidement. Les CPAM ont été averties afin qu'elles gèrent les possibles rejets.